Tantôt grandioses, tantôt magnifiques!

Nouvelles – jeudi, 19 juillet – de Nipigon à Rossport et vendredi, 20 juillet – de Rossport à Marathon

Par Fabienne Breton

On se rappelle que Michel se trouve présentement sur la route la plus dangereuse de son parcours pour les raisons mentionnées dans un article précédent. Ces derniers jours, Jean-Léon n’a d’autre choix que de l’escorter de très près. La sécurité est à son diapason. Aussi, comme ce fut le cas lors de la traversée des montagnes de la Colombie-Britannique, il y a des lacunes en ce qui concerne le service sans fil dans le Nord de l’Ontario. La patience est de mise surtout quand on n’a qu’une envie, soit celle de rejoindre son monde, dont sa tendre moitié, pour les rassurer que tout va bien.

Image satellite des Grands Lacs (Wikipedia)

Passons aux bonnes nouvelles si vous le voulez bien. Parce qu’il y en a une et deux. Tout d’abord, Michel se trouve dans la région des Grands Lacs, un endroit magique du Canada, qui est riche en histoire et qui constitue une importante voie de communication fluviale. Le tourisme y est un secteur de plus en plus important. La rivière Nipigon, que Michel longe depuis quelques jours, débouche sur le lac Supérieur, tout comme plus de 200 autres rivières. Le lac Supérieur, situé à la frontière entre le Canada et les États-Unis, est le plus grand des cinq Grands Lacs (Supérieur, Michigan, Huron, Érié et Ontario) de l’Amérique du Nord. En incluant le petit lac Saint-Claire situé entre le lac Huron et le lac Érié, ils ont une superficie totale d’environ 245 000 km2 et leur élévation passe de 183 m au-dessus du niveau de la mer pour le lac Supérieur, à 74 m pour le lac Ontario.

Par comparaison, les cinq Grands Lacs ont environ la même taille que le Royaume Uni tandis que le lac Supérieur est plus vaste que la République tchèque. À lui seul, le lac Supérieur constitue le plus grand lac d’eau douce au monde en superficie (82 350 km2). Le lac Michigan est le seul des cinq Grands Lacs qui est entièrement aux États-Unis. Les autres lacs sont partagés entre le Canada et les États-Unis.
Michel est émerveillé par les couchers et les levers de soleil sur le bord du lac Supérieur, les décrivant tantôt comme grandioses, tantôt comme magnifiques. À défaut de pouvoir partager les photos de Michel ou de Jean-Léon, puisqu’ils ne peuvent les transmettre pour le moment, voici deux photos dénichées sur le Web donnant un aperçu d’un coucher et d’un lever de soleil sur le lac Supérieur.


Wow! Cela nous donne envie d’aller le rejoindre, n’est-ce pas? Et si c’était si facile! Encore faudrait-il pouvoir le suivre, car Michel a parcouru au total 198 kilomètres, en 15 heures, les 19 et 20 juillet. Les montagnes sont revenues dans le décor. Le trajet de ces deux derniers jours lui rappelle la Colombie-Britannique et Rogers Pass, en plus petit bien sûr. Eh oui, les surfaces planes des Prairies sont bel et bien derrière lui. Quel beau pays diversifié que le nôtre!



Commentaires

commentaires